Forum Egyptien pour les Droits de l’Homme
Just another WordPress site

La Création du Forum Egyptien pour les Droits de l’Homme

Le 21 mars 2019

Aujourd’hui a été annoncée la création du Forum Egyptien pour les Droits de l’Homme. Il s’agit d’un groupement indépendant de défenseures Egyptiennes des droits de l’homme qui sont réunies par une foi indivisible dans les valeurs universelles des droits humains ainsi que par une vision générale commune qui repose sur la nécessité d’établir un système politique en Egypte dont les fondements seraient le respect des droits de l’homme, la démocratie et la citoyenneté. Ces militantes coordonneront et œuvreront ensemble aux niveaux local, régional et international, et ce en vue de faire face à la dégradation sans précédent que connaît la situation des droits de l’homme en Egypte. Les répercussions de cette dégradation se sont multipliées au cours des années qui ont suivi la révolution égyptienne du 25 janvier 2011, jusqu’à atteindre leur sommet lors de la prise du pouvoir par Abdel Fattah Al-Sissi le 3 juillet 2013 alors qu’il était ministre de la Défense.

Le régime qui règne actuellement en Egypte adopte une politique systématique pour se venger des différentes forces politiques, civiles et des droits de l’homme. De ce fait, de graves crimes ont été commis et ont porté atteinte à la vie et à la liberté de milliers d’Egyptiens. A cela s’ajoutent des poursuites judiciaires partiales et politisées qui font de la justice un lieu de revanche contre les adversaires politiques, jusqu’à prononcer des peines de mort en masse et exécuter des personnes de manière extra-judiciaire, des exécutions qui s’apparentent dès lors à des assassinats.

Sous couvert de lutte contre le terrorisme, les autorités gouvernementales ont adopté un ensemble de textes législatifs à caractère sécuritaire afin de réprimer toute voix dissidente ou tout mouvement sociétal de nature politique ou civile. Ceci a conduit à l’annulation volontaire des garanties minimales protégeant les droits des citoyens et leurs libertés fondamentales dans le corps législatif égyptien ainsi qu’à l’élargissement du pouvoir des services de sécurité et d’intelligence en matière de contrôle des institutions parlementaires et médiatiques de l’Etat. De surcroît, les prestations qui ont trait aux droits économiques et sociaux des Egyptiens et qui sont prévues par la Constitution, ont été supprimées. Des poursuites ont été aussi engagées à l’encontre des personnes qui réclament ces droits ou qui défendent la nécessité d’en jouir.

Le président Abdel Fattah Al-Sissi s’efforce de rester au pouvoir le plus longtemps possible. Il a tenu une parodie d’élection présidentielle au cours du premier semestre 2018 sans autres candidats face à lui ni observateurs. Il a écarté et réprimé toute voix dissidente ou tout adversaire potentiel aux élections. Le président Al-Sissi est allé même jusqu’à proposer des amendements constitutionnels qui lui permettent de se maintenir au pouvoir jusqu’à l’an 2034. Ces amendements anéantissent aussi l’autonomie déjà restreinte du pouvoir judiciaire et constitutionalise le contrôle des institutions gouvernementales par l’institution militaire et les services de sécurité ainsi que le contrôle des résultats de tout processus électoral qui peut avoir lieu dans l’avenir.

Afin de remédier à l’aggravation de la crise des droits de l’homme qui a eu de graves conséquences sur la cohésion, la sécurité et la stabilité de la société égyptienne, le Forum accorde la priorité au dialogue avec les acteurs politiques, civils et des droits de l’homme à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Egypte. A travers ce dialogue, le Forum vise à dégager un large consensus sur une série de mesures et d’alternatives dans le but de constituer une référence en matière des droits de l’homme. Cette base servira pour opérer des réformes politiques dans le pays et aidera au traitement des séquelles du régime totalitaire.

Le Forum Egyptien pour les Droits de l’Homme a été fondé comme une organisation non-gouvernementale. Il regroupe en son sein, à titre personnel, un certain nombre de défenseures des droits de l’homme appartenant à divers domaines professionnels et académiques. Résidant actuellement en Europe et aux Etats-Unis, ces défenseures se sont trouvées obligées de quitter l’Egypte. D’une part, ils et elles subissaient des poursuites et des menaces judicaires et sécuritaires y compris des menaces de mort contre quelques-unes et quelques-uns d’entre eux. D’autre part, il leur est devenu impossible d’exercer leur militantisme légitime en faveur des droits de l’homme, dans un contexte autoritaire fermé.

Le Forum Egyptien Pour les Droits de l’Homme se considère comme étant une partie intégrante du mouvement égyptien des droits de l’homme à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Il puise dans son vaste patrimoine de lutte qui remonte à plus de trente ans et tente de coordonner et de solidariser avec ses composantes afin de travailler sur le respect des droits de l’homme en Egypte. Le Forum tente aussi de coordonner avec les organisations arabes et internationales indépendantes des droits de l’homme en vue de renforcer la protection internationale de ces droits.

Un comité exécutif est chargé de faciliter la coordination des travaux du Forum et de superviser ses activités. Le comité est élu périodiquement par les membres du Forum. Le comité exécutif actuel comprend: Moataz El Fegiery, trésorier d’EuroMed Droit et coordonnateur régional de Front Line Defenders, Mohamed Soltan, directeur du développement institutionnel au sein de l’Initiative «Liberté» aux Etats-Unis, Karim Taha, membre et fondateur de nombreuses initiatives dans le domaine des droits de l’homme en Egypte et en Europe. Bahey eldin Hassan, directeur de l’Institut du Caire pour les Etudes des Droits de l’Homme, a été nommé comme consultant pour le forum.

Leave A Reply

Your email address will not be published.